Voyage au Japon: L’art Moderne Setouchi

Le voyageur pressé a tendance de faire Kyoto – Miyajima – Hiroshima – Kyoto en deux journées, éventuellement avec un arrêt supplémentaire à Okayama ou au château dHimeji. Pour ceux qui veulent sortir des sentiers battus, la route par la côte de la Mer Intérieure regorge de trésors et commence à se faire connaître au-delà du cercle des voyageurs initiés au Japon. Onomichi, Tomo No Ura ou encore Kurashiki sur la côte, et dans la mer, un chapelet d’îles qui gagne la tendance: c’est ici un des spots les plus connus de l’art moderne japonais, tellement connu qu’un festival leur est dédié.

02-okayama

Le festival international Setouchi se tient tous les 3 ans sur douze îles de la mer intérieure de Seto. Ces îles sont Naoshima, Shodoshima, Inujima, Megijima, Ogijima, Teshima, Oshima, Takamatsu Port, Uno Port, Shamijima, Ibukijima, Honjima, Takamijima, Awashima. Il vous prendra entre une demi-journée et une journée entière pour découvrir toutes les œuvres disséminer sur chaque île. Cette triennale réunit 210 artistes issus de 24 régions ou pays et elle dure 108 jours étalées sur 3 saisons: printemps, été et automne.

Situé au cœur d’une route fluviale entre 2 préfectures, la région a bénéficié pendant de nombreuses années de l’influence des régions environnantes mixée à sa propre culture. Ces dernières années, la région doit faire face à une population vieillissante et au déclin démographique de la région. Le but premier en dehors de faire découvrir l’art contemporain a été de redonner du dynamisme à la région, à faire connaître ces îles, faire venir des touristes et conserver sa population en l’impliquant dans ce projet des plus jeunes aux plus âgés.  Les œuvres présentées sont un mélange entre les coutumes populaires, le divertissement, le festival et le caractère régional afin de mettre en lumière notre société actuelle. Ce projet rassemble des artistes, architectes du Japon et du reste du monde sans distinctions d’âge, de provenance ou de type de travail. Certaines installations deviennent permanente et d’autres existent uniquement le temps du festival. Les installations sont installées un peu partout sur les îles ce qui vous permettra de découvrir celles-ci en même temps que les œuvres. Vous pourrez tout aussi bien découvrir une installation en extérieur au détour d’une ruelle de village, sur les quais d’un port au milieu d’une forêt ou d’un lac. D’autres sont installées dans des lieux autrefois abandonnés, maisons, lieux publics à l’intérieur ou même en façade. Finalement, les différents musées proposant des collections permanentes abritent aussi des compositions artistiques du festival. Surpris par une colonne de lumière s’illuminant  au milieu d’un lac à chaque explosion de supernova ou des mini façades d’immeubles reproduites sur les murs d’une petite rue de village… vous serez toujours surpris par votre visite. Le but n’est pas seulement d’attirer du monde pendant la triennale mais également tout au long de l’année afin de garder un dynamisme dans la région au fil des saisons.

lee-ufan-museum

Pour vous rendre à Aoshima, l’une des principales îles, vous pouvez emprunter un ferry depuis Uno sur Honshu pour un trajet de 20 minutes ou depuis une traversée de 50 minutes depuis Takamatsu sur Shikoku.

Pour vous rendre d’île en île, vous pourrez emprunter les différentes lignes de ferry existantes avec des horaires plus ou moins fréquents. Une demi journée voir une journée entière vous sera nécessaire pour découvrir toutes les œuvres sur chaque île ce qui vous faudra donc un séjour d’une semaine dans la région pour admirer la diversité de chaque lieu.

L’évènement en sera à sa troisième édition en 2016 mais sa notoriété dans le monde de le l’art et dans le tourisme également.

Pour en savoir plus, NostalAsie vous a sélectionné cet article qui décrit fort bien cette visite pas comme les autres dans un voyage au Japon, déjà remplit de surprises et d’émerveillements.

http://www.lalibre.be/culture/arts/il-y-a-un-paradis-en-art-il-est-au-japon-525f81ca3570225c19f07b52